Des transports moins polluants au plus proche des besoins

Constat :

Les mobilités sont une des sources principales de pollutions et d’émissions de gaz à effet de serre. Alors que Vincennes, qui accueille un fort trafic local et de transit, est une ville idéalement située à proximité immédiate de Paris et de pôles d’activités où l’offre de transport en commun est déjà largement développée, trop peu de choses ont été faites pour s’associer au mouvement en cours : pour la première fois les déplacements en voiture en Île-de-France ont baissé dans la dernière décennie et de grands réseaux de vélo sont en préparation. Vincennes ne peut rester plus longtemps à l’écart de ces transformations.

Quelques chiffres :

40% des trajets quotidiens parcourus en voiture font moins de 3 km. Le transport routier compte pour près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre en France et les déplacements sont deux fois plus polluants en milieu urbain que sur la route. Le transport routier apparaît comme le secteur prépondérant dans les émissions franciliennes d’oxydes d’azote (56%) et la deuxième source d’émission de particules fines (PM2,5 – 35%) (source Airparif). Les cartes de Bruitparif montrent aussi que le lieu de loin le plus bruyant à Vincennes est l’avenue de Paris, suivi des axes de transit (rue des Laitières, avenue du Château, avenue de la République, rue de Fontenay), suivi de plus loin des alentours de la voie RER.

Notre objectif :

Nos propositions visent à amplifier fortement le mouvement en faveur des mobilités douces et des transports en commun. Favoriser ces mobilités, c’est participer à la transition écologique globale en limitant les émissions de gaz à effet de serre, et c’est participer à la transition écologique locale en diminuant la pollution de l’air et le bruit, tout en améliorant le cadre de vie.

 

Nos leviers d’action :

Requalification de l’avenue de Paris pour la sécurité et santé de tous

L’avenue de Paris fait partie à la fois des « points noirs » pour les cyclistes et des axes prioritaires définis dans le plan « RER Vélo » proposé par le collectif vélo IdF et soutenu par la Région. C’est aussi un axe hostile pour les piétons et habitants, bruyant et pollué.

  • Nous réaménagerons l’avenue de Paris pour en diminuer la circulation routière, source de pollution de bruit et d’insécurité.
  • Nous aménagerons sur cette artère des pistes cyclables séparées des voitures complétant ainsi le « RER Vélo ».
  • Nous réaménagerons les passages piétons pour faciliter la traversée des piétons.
  • Nous limiterons la circulation automobile à une seule voie dans chaque sens.

 

Faire du quartier de la gare RER une plateforme d’interconnexion des mobilités douces et des transports

La gare RER de Vincennes est fortement fréquentée, et un point de convergence desservant un secteur géographique très large. Ces trajets en RER commencent ou se terminent à pied, en bus ou en vélo. Pourtant, l’interconnexion avec ces autres modes de transport est loin d’être optimisée.

  • Les alentours de la gare de RER et le plan de circulation des rues environnantes seront revus pour faciliter l’interconnexion entre le RER et les autres modes de transport.
  • La rue de Montreuil sera réservée aux piétons, bus et vélos.
  • Les alentours de la gare seront piétonnisés. Les bus desservant la gare s’arrêteront à proximité immédiate.
  • Une vélo-station de 400 places sera aménagée pour permettre le stationnement sécurisé des vélos aussi bien individuels que partagés.

 

Vers une meilleure desserte des quartiers Est et Ouest de Vincennes

En dépit d’une offre de transport en commun très développée à Vincennes, les quartiers Ouest et Est de notre ville ont parfois le sentiment légitime de se sentir délaissés.

  • Nous mettrons en place une navette électrique (avec chauffeur et accessible aux personnes à mobilité réduite) qui reliera les quartiers les moins bien desservis en transports en commun et le centre-ville. Nous étudierons avec nos voisins l’éventualité d’une navette intercommunale.
  • Nous soutiendrons le prolongement de ligne 1 du Métro jusqu’à Val-de-Fontenay avec une station aux Rigollots.

 

Un plan vélo pour rendre Vincennes 100% cyclable

Nous fixons comme objectif d’atteindre une part modale du vélo de 15% d’ici 2026 dans l’ensemble des déplacements de la ville (contre 4,5% actuellement). Pour cela nous engagerons une politique volontariste de soutien aux déplacements à vélo, en harmonie avec les autres modes de transport, qui se traduira par l’adoption en début de mandature d’un grand plan vélo municipal sur 5 ans, et qui comprendra :

  • Une révision du plan des pistes cyclables, actuellement trop peu nombreuses, trop peu respectées et insuffisamment entretenues. Nous aménagerons notamment des pistes ou bandes cyclables sur l’avenue de Paris et la rue de Fontenay. La cohérence avec les réseaux cyclables du département et de la région sera optimisée. Enfin, un maillage de parcours d’accès aux collèges et lycée sera mis en place.
  • L’amélioration du stationnement vélo : nous doublerons la capacité de stationnement des vélos à la gare du RER, nous soutiendrons l’aménagement dans les copropriétés de locaux vélos, nous développerons l’offre de stationnement sécurisée dans les quartiers, et le stationnement vélo près des collèges et lycées.
  • Une grande campagne d’information pour sensibiliser les cyclistes et les usagers de la route aux règles de circulation partagée, pour lutter contre la circulation sur les trottoirs des vélos, trottinettes…
  • Une aide financière pour l’achat de vélos électriques et cargo en complément de celle de la région.
  • La mise en place de services à vélo : vélo-taxis, livraison du dernier kilomètre, peu chers, conviviaux et très efficaces pour les mobilités courtes.

 

Une circulation apaisée pour des déplacements à pied plus sûrs et plus agréables

La marche est de loin le premier mode de déplacement en ville. Pourtant notre ville est encore largement organisée pour et autour de la voiture individuelle laissant souvent une place congrue aux piétons.

  • Nous étendrons les zones 30 à tout Vincennes et multiplierons les « zones de rencontre », zones où les véhicules sont limités à 20 km/h et où la priorité est donnée aux piétons.
  • Nous reverrons le plan de circulation de Vincennes pour que le trafic de transit ne passe plus par les petites rues de desserte locale.
  • Nous agirons pour un meilleur respect des limitations de vitesse : meilleure signalisation, meilleur contrôle, radars pédagogiques…
  • Nous proposons de réserver plusieurs rues entièrement aux piétons ; l’accès aux riverains et aux véhicules essentiels et personnes à mobilité réduite y sera bien sûr maintenu.
  • Nous généraliserons les «rues scolaires» (fermées aux heures d’ouverture et de fermeture des écoles), nous mettrons en place des pédibus et vélobus pour les trajets scolaires, nous réaménagerons les carrefours les plus dangereux de la ville.

 

Soutien aux véhicules partagés et aux véhicules les moins polluants

Un plan de soutien aux services de véhicules partagés sera mis en place : attribution de places de stationnement, tarifs spéciaux de stationnement, installation de bornes électriques dédiées.

Les SUV sont par ailleurs une catastrophe d’un point de vue environnemental et ruinent tous les efforts entrepris pour limiter les rejets de CO2. Pour en limiter l’usage, nous appliquerons un tarif du stationnement résidentiel ou rotatif en fonction du poids du véhicule, de sa cylindrée ou de ses rejets de CO2.

 

Repenser la livraison

L’e-commerce explose dans les grandes villes et la livraison des colis entraine congestion des routes et pollution urbaine. Il devient indispensable d’organiser la livraison du dernier kilomètre.

  • Après concertation avec les professionnels, nous limiterons les horaires autorisés à la livraison des colis.
  • Nous mettrons en place une plateforme de livraison municipale (hôtel logistique mixte) : les livreurs livrent à la plateforme et la livraison du dernier kilomètre est assurée par un service qui mutualise les déplacements de préférence en vélo cargo ou à pied. 

Faciliter les déplacements des personnes à mobilité réduite

Nous réaliserons un audit des déplacements des personnes handicapées dans la ville, en collaboration avec les associations et les personnes concernées. Une expertise d’usage et des mises en situations réelles seront privilégiées.

  • Suite à cet audit, nous reverrons si nécessaire les aménagements de trottoir et carrefours ainsi que les services locaux de transport pour une mise en cohérence de la chaine de déplacement.
  • Nous poursuivrons la mise en œuvre de l’Ad’hap (agenda d’accessibilité programmé) pour être conforme à la loi et rendre 100% des bâtiments publics accessibles à tous types de handicaps (visuel, sensoriel, psychique …).
  • Nous réserverons plus de place de stationnement aux personnes à mobilité réduite.

 

%d blogueurs aiment cette page :